Accueil du site > Présentation de la Fédération > Missions

Missions

La Fédération de recherche "Chimie Balard" FR 3105 CNRS, rassemble les cinq instituts et laboratoires de chimie :

• Institut des Biomolécules Max Mousseron (IBMM : UMR 5247 NUM / CNRS / ENSCM),

• Institut de Chimie Moléculaire et des Matériaux (ICGM : UMR 5253 NUM / ENSCM / CNRS),

• Institut Européen pour les Membranes (IEM : UMR 5635 ENSCM / NUM / CNRS),

• l’Institut de Chimie Séparations à Marcoule (ICSM : UMR 5257 CEA / CNRS / NUM),

formant le Pôle chimie Balard

• et, à partir de 2013, le Laboratoire de Synthèse et Fonctionnalisation de la Céramique (LSFC : UMR 3080 CNRS / Saint-Gobain).

Ces laboratoires et instituts représentent 527 membres permanents (chercheurs, personnel académique, ingénieurs, techniciens et administratifs) ainsi que 374 doctorants, post-doctorants et visiteurs.

Le rôle de la Fédération est de mettre en œuvre la politique de recherche à travers le Pôle chimie Balard. Ce résultat est obtenu grâce à ses deux objectifs prioritaires :

-  scientifique et technique,
-  organisationnel

et une troisième portant sur la communication et la diffusion.

La Fédération est ancrée sur la forte notoriété des Instituts du Pôle chimie Balard dans le domaine de la chimie moléculaire et de la synthèse, appliquée aussi bien à des biomolécules qu’à des matériaux. Les 5 instituts sont reconnus nationalement et internationalement pour leur expertise dans l’élaboration, le contrôle de la texture, l’architecture et la mise en forme des matériaux ayant des propriétés spécifiques, leur compétence en matière de modélisation et de la chimie physique avec des applications depuis des nouvelles molécules ciblées, des biomatériaux et des matériaux pour l’énergie, jusqu’à l’étude de la réactivité chimique.

Les ambitions de la Fédération sont :

1. D’amplifier le savoir-faire et les ressources consacrées aux orientations de recherche stratégiques du Pôle chimie Balard : matériaux pour l’énergie et de l’énergie des vecteurs, l’exploitation durable des ressources naturelles et des processus chimiques, la santé et le bien-être de l’homme, de contribuer à la vie scientifique de la communauté de la recherche en chimie, et de soutenir l’émergence des nouvelles thématiques dans les domaines de la recherche, de renforcer la collaboration et de promouvoir les opportunités pour une collaboration intégrée au sein de la communauté scientifique Balard.

2. De mettre à la disposition de la communauté une plate-forme expérimentale et instrumentale de réputation internationale, résultant d’une politique commune de mutualisation des équipements entre les instituts. Ceci est réalisé par le rôle de la Fédération coordonnant l’acquisition de nouveaux équipements, la mise en place d’un plan financier faisant appel à des sources institutionnelles, du gouvernement local, des fonds Européens de Développement Régional, etc.

3. La diffusion ciblée tant en interne à la communauté scientifique Balard, qu’en externe auprès de la communauté de la recherche universitaire et industrielle.

L’essentiel de la Fédération, depuis le début de sa période contractuelle en 2011, inclus l’élargissement de son périmètre grâce à l’intégration du Laboratoire de Synthèse et Fonctionnalisation de la Céramique, l’exceptionnel impact scientifique par le biais des distinctions décernées à des scientifiques dont 4 CNRS médailles de bronze, l’attribution de 3 subventions du Conseil Européen de la Recherche, la nomination de 2 chaires junior de l’Institut Universitaire de France, et la reconnaissance par le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon de 7 "chercheurs de l’avenir".

Depuis 2011, 132 publications conjointes ont été co-signées par les quatre instituts de chimie dans des revues ayant un facteur d’impact moyen de 4,6.

La Fédération a instauré une série de séminaires fortement appréciés, par le biais de ses "Matinées de la Fédération de Recherche" qui sont ouverts à la communauté académique et industrielle, autour du potentiel de l’instrumentation de la plate-forme d’équipement commun (PAC Balard).

La Fédération a mis en place divers projets de recherches transversales au niveau local et international générant des fonds industriels et du Conseil Régional. Le succès notoire de cette période a été l’apport financier de 1,2 M € provenant de l’Europe et des institutions nationales et locales, permettant le renforcement du parc de l’équipement avec quatre instruments de haute technologie.